Interview au Figaro du 6 mai 2021

« En instituant Marine Le Pen comme seule opposante, [Emmanuel Macron] met en place les conditions objectives de la victoire de l’extrême droite. C’est un danger mortel » affirme Xavier Bertrand dans une interview accordée au Figaro.

Les manœuvres de rapprochement entre la liste de Renaud Muselier et celle de la République en Marche en PACA poursuivent un objectif évident, bien qu’inavoué : diviser la Droite républicaine et instrumentaliser le Rassemblement National en vue de positionner Emmanuel Macron comme unique « solution » et rempart face à Marine Le Pen en 2022.

Accéder ici à l’interview du Figaro (réservé aux abonnés)

 

« Emmanuel Macron est un calculateur froid, un destructeur »

« Emmanuel Macron est un calculateur froid, un destructeur. Il est parfaitement lucide sur le rejet dont il est l’objet. Il pense que sa seule chance de l’emporter – il se trompe en cela – c’est de n’avoir en face de lui que Marine Le Pen. Pour cela, il lui faut briser la droite. Sous couvert de pseudo-front républicain, c’est ce qui sous-tend cet accord. Il ne s’agit pas de tactique politique. C’est jouer avec le feu sur l’essentiel et au regard de ce dont le chef de l’État est le garant: les valeurs de la République. » – Xavier Bertrand, Le Figaro

Ce faux prétexte de vouloir créer un front républicain pour faire obstacle au RN n’a logiquement pas convaincu les Français qui jugent sévèrement Emmanuel Macron, comme en témoigne ce sondage ODOXA réalisé pour Le Figaro et France Info :

  • Pour 59% des Français, le soutien de la République en Marche à l’égard de la liste conduite par Renaud Muselier est « une mauvaise chose car c’est une manœuvre électorale du gouvernement pour diviser la droite »
  • 62% ont « le sentiment qu’Emmanuel Macron essaie de diviser la droite en vue de la prochaine élection présidentielle ».

Lire ici l’article de France Info – Régionales : « six Français sur dix pensent qu’Emmanuel Macron veut diviser la droite en vue de la présidentielle, selon notre sondage »

« Emmanuel Macron n’est en aucun cas un homme de droite »

« Il n’a attaché aucune importance à la question de la sécurité [et il] ne s’est jamais préoccupé des cadres, des classes moyennes et des catégories populaires. Il n’a fait qu’accentuer les fractures de la société française […] jusqu’à conduire à l’explosion des «gilets jaunes», qui est un ultime avertissement social. Il n’a que faire de notre identité nationale, de notre histoire, de ce qui fait que nous sommes une nation. Il en appelle même à déconstruire notre histoire. Il n’est en rien réformateur. [La crise du COVID] lui a permis de reculer, en rase campagne, sur une réforme des retraites mal conçue. Enfin, il abuse jusqu’à la désespérance du centralisme parisien alors que la réponse aux problèmes de la France est dans les territoires ». – Xavier Bertrand, Le Figaro

Emmanuel Macron, conscient de l’importance de la droite, cherche donc à la diviser pour s’en approprier une partie des voix en vue des prochaines échéances présidentielles. Xavier Bertrand a salué la réaction ferme Des Républicains face à cette tentative de déstabilisation, via notamment les prises de position d’Éric Ciotti et de Christian Jacob. Il a lui-même rappelé dans son interview que « le risque majeur de la droite serait de se diviser sur de fausses querelles » et que « Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, nous l’ont enseigné : la victoire est au bout des convictions ». Toujours dans ce sens, Xavier Bertrand a adressé mardi dernier un courrier aux parlementaires pour les appeler à ne pas « succomber au chant des sirènes » qui conduirait « inexorablement dans le piège tendu par un président aux abois ».

 

« Les apprentis sorciers du macronisme déroulent le tapis rouge à Marine Le Pen »

Les Français rejettent massivement l’idée d’un nouveau duel Macron – Le Pen. Pourtant, le Président de la République tente de l’imposer pour chercher à garantir sa réélection. Xavier Bertrand l’appelle donc à prendre la mesure de sa fonction et à « mettre de côté son ego pour faire le choix du devoir [et] ne pas jouer, pour son intérêt personnel, avec les valeurs de la République ».

« Je n’ai jamais cru en Macron, j’ai toujours combattu le FN. Je suis resté moi-même, en agissant en républicain. Je propose la stratégie gagnante, pour éviter ce duel Macron-Le Pen mortifère pour le pays. Je ne veux pas revivre l’élimination du deuxième tour de la présidentielle ou, pire encore, l’absence de la droite dès le premier tour, qui marquerait sa disparition définitive. C’est pourquoi j’ai annoncé ma candidature en responsabilité. Je propose aux Français de tourner la page du macronisme« . – Xavier Bertrand, Le Figaro

Suivez La Manufacture en vous abonnant à nos réseaux sociaux et à notre newsletter.