Débat Live La Manufacture - 6 février 2021

Un débat live en visioconférence réunissait samedi 6 février près de 350 adhérents et sympathisants de La Manufacture et des Républicains, autour de Damien Abad et de Xavier Bertrand. Le Président du Groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale intervenait sur le sujet : "Y a-t-il un déni de démocratie parlementaire dans la gestion de la crise de la COVID-19 par le Gouvernement ?"

L’absence de culture parlementaire de l’actuelle Majorité réduit l’Assemblée à une simple chambre d’enregistrement

Avant même la crise liée à la COVID-19, le Parlement était déjà considéré par le gouvernement et la Majorité présidentielle actuelle comme une chambre d’enregistrement : les élus LREM ne se considèrent pas comme des élus et des relais de leur territoire, mais comme des élus de la Nation qui ont pour mission de suivre la vision du Président.

Le contrôle et l’évaluation de l’action du gouvernement ne sont donc pas possibles, comme en témoigne la suppression récente de la mission d’information sur la gestion de la crise de la COVID-19.

Il y a une absence de culture parlementaire de la part des élus LREM et du gouvernement, tandis que le Conseil de Défense est devenu le lieu central de l’action gouvernementale, au détriment du Conseil des ministres.

En parallèle, les comités citoyens qui se multiplient et qui sont modelés selon les besoins, ne sont pas une solution démocratique viable et conduisent à affaiblir plus encore le rôle du Parlement : la « démocratie du tirage au sort » est un écueil, souligne Damien Abad.

Il faut restaurer notre démocratie parlementaire

Tout d’abord, en luttant contre la déconnexion des élus avec les territoires et les Français : le lien d’un député avec sa circonscription est essentiel, ce que trop d’élus de la Majorité actuelle refusent de voir car ils considèrent que les permanences sont une perte de temps inutile. Damien Abad souligne que le non-cumul des mandats fut sans doute pour partir une erreur : un député-maire (s’il s’agit d’une petite municipalité) est un excellent capteur des attentes dont la disparition a conduit à une conception hors-sol de la politique nationale.

Ensuite, en restaurant la culture du débat et en réaffirmant la nécessité d’une véritable culture parlementaire : si l’on souhaite que les citoyens ne s’éloignent pas de la politique, il faut accepter le débat et la confrontation des idées, car si les débats qui n’ont pas lieu dans l’hémicycle, ils se feront dans la rue. Si l’on veut lutter contre les extrêmes, la France doit restaurer une véritable pratique démocratique !
Les ministres ne devraient pas pouvoir se soustraire aux auditions en commission. Celles-ci devraient d’ailleurs donner plus la parole aux députés pour poser leurs questions et ainsi, mieux contrôler l’action gouvernementale.

Suivez La Manufacture en vous abonnant à nos réseaux sociaux et à notre newsletter.