Tribune de Jean-Paul Mulot, dans Figaro Vox - 2 septembre 2020

Le procès en lepénisme fait par le Garde des Sceaux à Xavier Bertrand n’est pas qu’une réaction épidermique suite à l’appel de ce dernier à ce que le Gouvernement réagisse avec fermeté face à l’ultra-violence qui se développe actuellement. Elle traduit en fait une naïveté idéologique, alliant postures et renoncements, et rappelle une autre naïveté : celle de Lionel Jospin, qu’il regretta lui-même a posteriori..

Selon Jean-Paul Mulot, « le Macronisme n’est qu’une version remasterisée du Jospinisme. Même naïveté, même angélisme, même sémantique… » Emmanuel Macron n’est pas de droite, son Garde des Sceaux non plus : Eric Dupond-Moretti a beau s’exprimer avec talent, ses propos n’en sont pas moins inquiétants lorsqu’il relativise les problèmes d’insécurité, faisant ainsi écho au Président de la République qualifiant « d’incivilité » des agressions ayant entraîné la mort des victimes.

Dénoncer l’insécurité et l’impunité, tout comme rappeler l’attente légitime des Français que l’Etat les protège, ce n’est pas de la « surenchère populiste » comme le prétend Eric Dupond-Moretti pour tenter d’esquiver le problème. Il existe aujourd’hui une réalité de la violence en France, faite d’agressions et parfois de meurtres : le nier, le relativiser ou l’éluder relève en revanche d’une posture politicienne très peu responsable.

Eric Dupond-Moretti est un esprit trop brillant pour ignorer qu’à méconsidérer les leçons de l’histoire on se risque à la revivre. Il devrait donc se rappeler l’échec de Lionel Jospin et entendre son autocritique de mars 2002 lorsqu’il reconnut que « sur la question de l’insécurité, il avait pêché par naïveté ». Ce même Lionel Jospin qui proposait, trop tard, aux Français un « contrat national de sécurité » et la création d’un ministère de la Sécurité publique et de juges de proximité, qui assurait que l’ordonnance de 1945 sur les mineurs n’était « pas un tabou » et qui promettait l’extension des procédures de comparution immédiates et le développement « des structures fermées pour les mineurs récidivistes »…