Rencontre-débat Zoom du 13 avril 2021

Le 13 avril 2021, la Manufacture accueillait Guillaume Peltier, député de Loir-et-Cher, Conseiller régional du Centre-Val de Loire et Vice-Président des Républicains, à l’occasion de la sortie de son livre « Milieu de cordée », en présence de Xavier Bertrand.

Cet échange s’est concentré sur les enjeux auxquels fait face la « France du Milieu » : la crise de justice et d’autorité dans l’ensemble du territoire ; la menace pour les savoir-faire traditionnels face à la suradministration et aux nouveaux métiers ; et le besoin d’attractivité et d’innovation des territoires de la République.

Comme le rappelle Guillaume Peltier, les milieux de cordée représentent 70% des Français, « trop pauvres pour être aisés mais trop riches pour être aidés ». Face à l’absence de mesures pour combattre les injustices dont elle s’estime victime, cette majorité de Français ne se sent plus représentée par la classe politique.

 

Quelle cohésion sociale dans les territoires perdus de la République ?

260 000 agressions sont commises chaque années en France, soit 500 par jour.

Cette situation est aggravée par une inversion des valeurs, qui place coupables et victimes au même rang. On constate une alliance entre petit banditisme des quartiers et islamisme, qui rend les agressions et la récidive omniprésentes.

Pour remédier à cette situation, Guillaume Peltier avance trois propositions :

  • La formation d’une force spéciale d’intervention dans les quartiers où l’État de droit est menacé ;
  • La création d’un centre éducatif fermé dans chaque département pour isoler les « chefs de bande » délinquants et espérer à terme leur réinsertion  ;
  • La mise en place d’une réforme de la justice sur la majorité pénale, ainsi que l’exécution immédiate et systématique des peines.

Selon Guillaume Peltier, certains médias et l’actuel Gouvernement contribuent à dégrader l’image des forces de l’ordre, en appuyant l’idée que la police serait violente et raciste. Ce discours encourage la violence et les intimidations à l’encontre de représentants de l’État, mais aussi contre leurs familles.

Pour freiner cette dynamique et rétablir l’autorité de l’État, il soutient les propositions de Xavier Bertrand, qui appelle à être intransigeant face à ces violences et menaces, et à les sanctionner par des peines de prison fermes devant être immédiatement et systématiquement exécutées.

Remettre la valeur travail et les savoir-faire français au centre du projet national

Aujourd’hui, 61% des Français estiment que leurs enfants vivront moins bien que nous actuellement : c’est une rupture considérable face au rêve français. Face à ce constat de défaillance économique, Guillaume Peltier souligne le besoin de s’inspirer de modèles étrangers : promouvoir la liberté commerciale et entrepreneuriale à l’intérieur, et davantage nous protéger face aux marchés étrangers.

Malgré le souci d’augmenter le confort des métiers pour accroître leur attractivité, la dématérialisation complique la croissance de plusieurs secteurs traditionnels. La France voit aujourd’hui trop peu de jeunes sortant d’école poursuivre leur vocation et s’orienter vers les savoir-faire traditionnels.

Devant l’absence d’adéquation au niveau local et territorial entre l’offre et la demande, Guillaume Peltier suggère également de confier aux régions les politiques d’emploi et de formation. L’enseignement doit rappeler la valeur des vocations manuelles face aux « métiers du futur ».

 

Maintenir l’attractivité des territoires de la République.

Face au sentiment d’abandon des territoires ruraux, la fiscalité et la politique locale françaises ont besoin d’un grand choc de simplification.

Les lourdeurs administratives empêchent tout projet, toute expérimentation de se mettre en place.

Guillaume Peltier appelle à une réforme de l’organisation territoriale en France : maintenir les régions et les communes, mais il suggère également de réformer les entités intermédiaires (1 700 communautés de communes, pays et départements) en provinces liées à l’identité territoriale.

Suivez La Manufacture en vous abonnant à nos réseaux sociaux et à notre newsletter.